Les Malandrins Index du Forum
 
 
 
Les Malandrins Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Péripéties d'une métisse [BG Lalitha Nightseeker]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Malandrins Index du Forum -> Le passé des Malandrins -> Le passé des malandrins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lalitha Nightseeker
Neutre des Malandrins

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2007
Messages: 3
Sexe: Féminin
Classe: Mage
Race: Humaine
Le Niveau:

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 22:20 (2008)    Sujet du message: Péripéties d'une métisse [BG Lalitha Nightseeker] Répondre en citant

Un tressaillement.
Une jeune femme entrouvrit ses yeux d’un vert pur, se redressa, posant une main longue et pâle sur son ventre encore légèrement gonflée par sa récente grossesse. Celle-ci regarda autour d’elle, aperçut un berceau, d’où émanaient de faibles gémissements.
Soulagée, la créature languissante allait se rendormir d’un sommeil salvateur lorsqu’un homme entra dans la pièce.
Droit, bombant le torse comme un jeune coq, l’officier s’approcha de sa compagne, une fleur à la main ; ses yeux brillant de fierté et de joie, s’inclina devant elle, cérémonieusement, et, d’un geste plein d’une tendre galanterie, lui baisa la main.
Puis, sans un mot, il s’élança vers le berceau.
L’enfant dormait ; et recouvert d’une couverture de soie rose, de son petit bonnet de dentelle sur sa tête chauve, la petite fille se retourna sur elle-même, toute baignée du sourire martial de son nouveau père.


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Fév - 22:20 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lalitha Nightseeker
Neutre des Malandrins

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2007
Messages: 3
Sexe: Féminin
Classe: Mage
Race: Humaine
Le Niveau:

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 22:20 (2008)    Sujet du message: Péripéties d'une métisse [BG Lalitha Nightseeker] Répondre en citant

Décidément, la vie lui souriait.
L‘élégant Dolsen se renfonça au fond du moelleux fauteuil qui trainait au milieu de son bureau. Nommé lieutenant un an auparavant, il avait bénéficié d’un salaire conséquent qui lui avait permis de séduire l’elfe qu’il avait toujours rêvé d’épouser, une architecte noble à l’immense talent, d’une beauté qui le hantait jusque dans ses rêves de jeune homme ambitieux, dotée de terres pleines de gibiers et de bois extrêmement utiles pour ses projets dans l’armée. Il pourrait proposer des structures, il pourrait entrainer ici ses hommes… un manoir au bord du lac Lordamere, quelle idée séduisante ! Sa fille grandirait dans un environnement sain, avec des enfants de son nouveau rang.
Il se rengorgea de fierté, une nouvelle fois.
Sa petite chérie bénéficierait des meilleures institutions. Elle deviendrait militaire, elle aussi, ou peut-être architecte, comme sa mère ? Mais qu’il était sot ! Ses collègues allaient apprendre la nouvelle… Cela servirait autant sa carrière que sa réputation.
Dolsen le veinard !

Une jolie bâtisse de pierres blanches se dessinait à travers l’écrin luxuriant d’un immense parc de verdure. Des allées sinueuses formaient un entrelacs doré à travers les conifères, traçant un faux labyrinthe dans le jardin paisible ; une balancelle se dressait sous une arche dénudée par l’hiver, laissant voir son squelette de mithril enchanté d’une petite aura rose. Enfin, quelques jouets épars sur un reste de neige, et des pliants sur une terrasse de pierre d’un rose pastel indiquaient ici la sereine atmosphère d’une maison d’enfant.
Soudain, une exclamation indignée, suivie d’un hurlement enfantin, volèrent dans l’air pur et salé.
Un ours en peluche vola par la fenêtre.
La croisée du deuxième étage se referma aussitôt,
Lylla rejeta en arrière ses fins cheveux blonds, pleine d’insolent mépris pour la petite chose qui gisait en pleurs à ses pieds. Une enfant trop gâtée par un père qui n’y entendait rien du tout. Une enfant qui se permettait de lui réclamer la même attention que sa petite Etea !
Non mais.
Sa longue robe de soie bleue balayant dans un bruissement délicat le sol, la demoiselle attrapa son gnominophone, composant un numéro qu’elle connaissait bien. Ses bijoux en cliquetaient d’indignation et de rage. Crétin de Dolsen ! Il ne voulait pas l’épouser à cause de cette idiote pleurnicharde. D’une voix aigre, elle interpella son compagnon, l’abreuvant de reproches, versant même quelques larmes.
Tout n’était pas rose dans sa vie, et le lieutenant Dolsen était son unique bouée de secours. Danseuse, elle avait réconforté l’officier qui venait de perdre sa femme, alors qu’elle était en couche de leur deuxième enfant ; Il avait fini par l’engrosser, et l’avait installé chez lui, par peur du scandale.
Il était riche de sa première femme, et il l’entretenait confortablement. Il fallait que cela dure, et pour que cet heureux état de fait existe, il fallait qu’il l’épouse.
- Relève-toi ! cria t- elle soudain à fillette qui venait de se remettre de sa crise de larme. Tu m’énerve, j’ai envie que tu ailles te coucher, tes histoires débiles me font mal à la tête !
- Maman... y’ai pas sommeil…
- Dégage de là, Anelya!
Deux ans et demi… l’âge ingrat. Et bientôt, Dolsen voudrait organiser l’anniversaire de sa fille, et son Etea serait encore reléguée au second plan. Si ça continuait, il lui dirait de partir, elle et son nouveau-né, et tout serait fini.
Que la vie était mal faite…
Péniblement, elle se mit debout, et se mit à écrire à tous les amis du lieutenant, afin d’inviter toute cette marmaille qu’elle ne supportait pas.

Si seulement cette satanée gamine pouvait disparaître.


Revenir en haut
MSN
Lalitha Nightseeker
Neutre des Malandrins

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2007
Messages: 3
Sexe: Féminin
Classe: Mage
Race: Humaine
Le Niveau:

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 22:21 (2008)    Sujet du message: Péripéties d'une métisse [BG Lalitha Nightseeker] Répondre en citant

Le reflet de la bougie illuminait le visage de la fillette, qui, endormie profondément à côté d’Ilassa, ressemblait à une petite poupée de porcelaine.
Comment une enfant aussi jeune avait-elle pu échapper à la surveillance de sa nourrice ? Ce n’était pas une paysanne ; on le devinait à sa petite robe de velours vert et de ses jolies chaussures vernies, sans compter même la présence d’un mouchoir de batiste brodé manifestement à son nom, fleurant le parfum, que la prêtresse avait retrouvé dans sa poche.
Lalitha. C’était un joli prénom, pour une demi-elfe. Une petite chose qui ne connaissait pas son âge, mais qui devait bien avoir au moins trois ans. Et puis, elle lui ressemblait presque, avec ses petites oreilles pointues, et…
Par la Lumière… comment allait-elle faire pour laisser cette enfant, demain, à l’orphelinat... ?

Elle l’avait trouvé un peu plus tôt dans la journée en explorant les alentours de la forêt des Pins Argentés. Une embuscade de quelques trolls perdus dans les bois, la chaleur du sang, l’ardeur d’un combat mené rondement… des pillards, rien de tellement dangereux.
Ilassa avait alors choisi d’explorer un peu la ruine qui servait de repaire aux loqueteux qui avait eu l’outrecuidance de l’attaquer. Après quelques minutes de fouille, déçue, elle allait se remettre en route lorsqu’elle se rendit compte de la présence d’un jardin derrière la minuscule bâtisse.
Le brusque départ d’un groupe d’oiseau la fit sursauter, provoquant la dernière chute de feuilles d’un arbuste, dans un bruit craquant d’automne ; et des pleurs de bébé s’élevèrent dans l’air encore tout vibrant de l’écho du combat…
Et voilà le résultat.
Elle qui n’avait pas besoin d’une enfant pour traîner pour être dérangée sans arrêt dans ses affaires, voilà qu’elle s’en encombrait volontairement…

Mais c’est vrai qu’elle serait bien utile à la maison, plus tard. A condition que personne ne la voit, évidemment. Des soucis, encore des soucis… Il ne faudrait tout de même pas qu’on utilise cette petite contre elle-même…
La sécurité avant tout.
Que cet enfantelet était charmante !

Le lendemain, en se rendant à un rendez-vous, la jeune femme croisa la route d’une procession d’enterrement.
Un couple se serrait l’un contre l’autre. La dame ne paraissait pas s’être changée depuis des jours, et des taches parcouraient sa robe de soie bleue. Le gentilhomme éclata en sanglot sur son passage ; la seule réponse de la prêtresse fut un masque de profond mépris.


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:43 (2018)    Sujet du message: Péripéties d'une métisse [BG Lalitha Nightseeker]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Malandrins Index du Forum -> Le passé des Malandrins -> Le passé des malandrins Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com